Bouillon de Culture #10 Printemps des Poètes

 Klod Kado
dimanche 24 mars à 15h :

Comment la présenter sans l’enfermer ?
Comment ne pas flirter avec les clichés ?

On la dit « slameuse », elle préfère « slamrieuse ».
On la dit « décallée », elle préfère « détonante ».
On la dit « engagée », elle se voudrait « engageante ».
On la dit « gouailleuse », ça la laisse rêveuse…
Ce qui est certain, c’est qu’elle slamchantera au sein de la BBB (la Band’Bling’Blang).

L’Or et la Patate
D’après « Les Odes élémentaires » et « Le Champ général » de Pablo Neruda 
à Mont Saint Aignan
le 16/03/2013

 
Article de E.Démoutiez (www.lestroiscoups.com) :
Un comédien (Franck Chevallay) et un guitariste-bassiste (GARZ) nous invitent à découvrir l’univers de Pablo Neruda, à travers une petite forme intitulée « l’Or et la Patate ». C’est dans cette spontanéité qui fait de chaque mot un instant offert au public que l’univers de Pablo Neruda nous est donné en partage.
Pablo Neruda est un « poète de la matière », qui trouve son optimisme dans son amour pour la patate, l’air, ses chaussettes, son foie. « Non, rien ne sert de s’envoler pour échapper à notre globe qui nous rattrape aussitôt nés, et il nous faut avouer en attendant que l’amour et l’entendement viennent d’en bas. » Cette capacité de s’élever en partant du plus simple ouvre le champ du politique. Dans l’Or et la Patate, la cohérence entre la philosophie de la matière et l’engagement politique s’exprime par un va-et-vient entre une sélection de textes issus du Chant général et des odes élémentaires.
L’Or et la Patate est une petite forme « guitare basse-récitant », qui se distingue par la générosité qu’elle déploie. On sent, chez Franck Chevallay, une envie de donner, simplement, sans emballages ni chichis, qui se traduit par une extrême sincérité. Ici, rien n’est fabriqué, mais tout est dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.