« Bouillons toujours militants » (Paris Normandie, 24 septembre 2015)

Paris Normandie Bouillons toujours militant Ferme des Bouillons 24 sept. 2015Un mois après l’expulsion des Bouillons à Mont-Saint-Aignan (et la vente du site à une SCI), le collectif qui avait sauvé la ferme de la destruction, poursuit une activité militante. Dernier acte en date : un rassemblement festif avec lanternes et ampoules, mardi près d’Evreux où se tenait un conseil d’administration extraordinaire de la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural).

Lumière sur la Safer, ce pourrait être le nouveau chapitre d’un projet citoyen (agricole et culturel) qui a été mis hors jeu.

« Tout est dit sur les panneaux d’affichage dans une Maison de l’agriculture qui accueille chambre d’agriculture, Safer, FDSEA, les Jeunes agriculteurs. Comme s’il n’existait pas d’autres syndicats ! C’est la même boutique. Ça dit tout de la représentation du monde agricole dans ses institutions », commente Philippe Vue, porte-parole de l’association.

Confidentiel

Ce qu’ils attendaient de ce CA obtenu à la demande de l’exécutif du conseil régional ? Perrine Hervé-Gruyer (conseillère régionale EELV siégeant pour la région dans cet organisme) avait formulé plusieurs questions mais ne pourra relater la teneur des échanges lors de cette réunion, sauf à dire qu’ils furent intenses. Et que le cas des Bouillons n’a pas été expédié à la va-vite.

« Nous sommes soumis à une clause de confidentialité. Et on me l’a rappelé avec insistance. Mais il est tout de même important de mettre sur la table clairement ce qui interroge dans ce dossier de non-préemption, puis de vente » explique l’élue-agricultrice.

Comment dénoncer le manque de transparence de la gestion du foncier agricole en étant muselé face à une grande muette ? « En continuant à échanger et à travailler pour faire évoluer ce mode de gouvernance », répond cette femme qui cherche à construire « des solutions dans l’intérêt de tous ». Il n’y aura donc pas d’écrit de la Safer à la Région qui est un des administrateurs de cette société anonyme chargée d’une mission d’intérêt général.

L’exercice montre en tout cas le fossé avec la société civile.

« Nous sommes en train d’examiner les recours juridiques mais là c’est un cas d’école, il s’agit de non-préemption. La Safer est souvent attaquée pour préemption abusive ou alors soupçon de clientélisme. C’est la composition même de la Safer qui doit être réformée », plaide le collectif. En rappelant amèrement que malgré une demande écrite, le président n’a jamais donné de suite.

Désormais accueillis à Repainville, leur nouveau point de repère, les Bouillons n’auront de cesse de continuer à demander pourquoi.

SOPHIE BOGATAY

Source : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/4079658/actualites+societe/le-collectif-des-bouillons-denonce-l-opacite-de-la-safer#.VgQOyStMh5Q

Un commentaire

  • De quel droit déloge t’on un projet aussi porteur que celui qui a créé l’occupation actuelle de la ferme.
    De quel droit brade t’on à Monsieur Mulliez qui arrive de Belgique pour acheter cet endroit.
    Ce Monsieur à ma connaissance empoche sous couvert de moultes enseignes notre argent français et va payer ses impôts en Belgique
    Gardons nos terres françaises.

    Je suis OUTREE de ces citoyens de seconde zone dont l’esprit civique qui anime les occupants actuels pour notre bien à tous soient délogés par les rapaces du fric, sans foi ni loi
    Courage aux militants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.