CONTOURNEMENT EST : NE PAS S’EN LAISSER CONTER !

Alors qu’à Rouen, la majorité métropolitaine avait refusé en février dernier sa participation au financement de la liaison autoroutière A28 – A13 (plus connue sous l’appellation de « Contournement Est »), voici que le Conseil Régional et le Département de Seine-Maritime décident concomitamment de compenser cette défection par l’allongement de leurs enveloppes budgétaires pour ce projet. Il revient à présent aux Services de l’État de se positionner quant au devenir de cette bretelle de bitume, déclarée « d’utilité publique » au motif qu’elle délivrerait la capitale normande de son trafic de poids-lourds.

En tant qu’association engagée pour la préservation des terres agricoles et naturelles, Bouillons Terres d’Avenir ne peut que se montrer dubitative quant à l’argumentation de ces élu.e.s. « pro-contournement ».

En effet, comment parler d’amélioration du cadre de vie alors qu’il s’agit d’infliger une nouvelle balafre longue de 42 kilomètres à notre territoire ? Concrètement, et de l’aveu même du Conseil d’État, ce projet détruirait 150 hectares de forêt et 300 hectares de terres naturelles et agricoles, conduirait à une augmentation de 50 000 tonnes de CO2, excusez du peu !

Au total, cette double autoroute à péages coûterait, avant même le passage du premier véhicule, la bagatelle de 880 millions d’euros aux contribuables locaux (estimation basse, sans compter les dépassements habituels propres à ce genre de chantier). Imaginez ce qu’une telle somme permettrait en termes de projets d’aménagements de friches, d’amélioration des lignes de fret ferroviaire et fluvial !

Ne reste plus alors aux pros-contournement que la rhétorique habituelle : « projet du siècle », « préservation des industries et de l’emploi » servie ad nauseam aux médias depuis 50 ans.

Mais, pour Bouillons Terres d’Avenir – aucune chance de s’en laisser conter -, l’avenir de notre Métropole s’écrit bien SANS contournement autoroutier à l’Est !

Un commentaire

  • L’autoroute A 23 est payante donc zéro trafic camion.
    Pourquoi refaire une autoroute qui ne serait utilisée que par des voitures ?
    Il suffirait peut-être de doubler le tunnel de la Grand Mare et refaire un autre tunnel pour y parvenir.
    2 tunnels impacteraient moins la nature que 45 km d’autoroute.
    La nouvelle autoroute perturbera certainement les sources qui sont très fragiles et déjà polluées… voir les rapports.
    Ce trajet ne prenait pas en compte:
    – le Brexit, avec les camions qui passent maintenant par Roscoff pour Cherbourg.
    – les faillites des entreprises du Rouen,
    – les changements sur les transports, sachez que le MIN de Rouen dessert Bordeaux ??? donc un camion qui vient du portugal à Rouen,….etc…
    – trop de dossiers qui ne sont pas étudiés et qui devraient certainement faire varier le trafic ….
    – la sud 3 pourrait très facilement être doublée en étage, un étage pour Rouen centre et un autre pour le pont Flaubert.
    L’idée de ce contournement devrait être enterrée.

Répondre à Corbineau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.