Faso’Die, des saveurs d’Afrique sur le marché des Bouillons

La présence des jus africains de Faso’Die sur le marché des Bouillons intrigue les nouveaux venus. Comment, des jus africains sur un marché de produits locaux ? Et pourtant, tout s’explique. Rencontre avec Florence et Philippe A., les créateurs des jus « normando-burkinabé ». Philippe A. répond à nos questions.

marche-des-bouillons-faso-dieDes jus africains en Normandie… D’où vient l’idée ?

Je me suis installé en production maraîchère au Burkina Faso en 2007. Mon épouse, originaire de Kongoussi, soit à 115 km au nord de Ouagadougou, avait de son côté développé une activité de production de jus traditionnels (bissap, gingembre, tamarin, baobab) qu’elle vendait sur les marchés.

Devant les difficultés à pouvoir pérenniser mon activité, du fait de conditions d’accès au foncier très précaires, nous avons fait le choix de rentrer en France en juillet 2012. L’idée nous est alors venue, dès 2014, de relancer, en Normandie, cette activité « jus ».

Où êtes-vous installés ?

Ayant « posé nos valises » à Saint Aignan sur Ry chez Olivier Lainé, j’ai d’abord travaillé quelques mois sur la ferme et notre activité de transformation est aujourd’hui hébergée sur la cidrerie, au côté d’une micro-brasserie que le fils d’Olivier a démarré dans le même temps.

En quoi consiste votre activité ?

four-solaire

Les fours solaires des groupements de femmes de Bam, qui préservent les qualités nutritionnelles des éléments ainsi déshydratés.

Nous faisons venir nos produits à transformer du Burkina. Nous traitons directement nos achats avec des groupements de femmes de la région du Bam, d’où est originaire Florence, et avons recours à un prestataire, exportateur à Ouagadougou, pour l’expédition de nos produits.

La transformation en jus pasteurisés est assurée par Florence et je m’occupe de leur commercialisation auprès d’épiceries fines, magasins de producteurs et magasins Bio sur la région haut normande. Nous faisons également pas mal de marchés évènementiels afin de faire découvrir nos produits.

Nous sommes, en quelque sorte, des artisans à la ferme… entre importation solidaire et transformation locale !!! Pas toujours facile, pour nos interlocuteurs, de nous classer dans la bonne case, surtout lorsque nous avons à faire à l’Administration…

Peux-tu nous en dire un peu plus sur l’origine de vos produits ?

baobab-faso-die

Le « pain de singe », fruit du baobab

Les plants d’hibiscus, à partir des fleurs desquels l’on fait le fameux jus de bissap, et le gingembre sont cultivés en association avec les cultures vivrières, essentiellement pour les besoins du marché local. Les cosses de tamarin et le fameux pain de singe (qui est le fruit du baobab) sont collectés en brousse.

Ces produits sont issus d’une agriculture vivrière, paysanne et familiale pratiquée par encore près de 70% de la population du Burkina Faso. Or, cette agriculture est particulièrement fragilisée dans la région du Bam avec laquelle nous travaillons par un contexte agro-climatique très dégradé du fait de changements climatiques déjà à l’œuvre depuis les années 70.

Et comment vois-tu l’évolution de votre activité ?

Côté Burkina, la certification Bio est dans nos priorités pour 2016. Nous nous sommes donc rapprochés du CNABIO et d’une ONG locale, Autre Terre, pour travailler à structurer nos relations avec les groupements avec lesquels nous travaillons.

Côté Normandie, nous sommes en relation avec des structures comme Terre de rencontres, en Seine-Maritime, et PRODICOOP, en Basse Normandie, afin d’envisager, avec d’autres producteurs, la création d’une plate forme logistique de type coopératif sur la Haute-Normandie permettant de mutualiser le volet commercialisation et livraison.

1610990_760988727361113_3840867892444439191_nNotre activité de production étant appelé à se développer (nous avons eu un appui de l’ADIE – Association pour le Droit à l’Initiative Economique – qui doit nous permettre de pouvoir porter notre production à 15 000 litres de jus/an), la question de l’hébergement de notre activité, de façon pérenne, sur la cidrerie va se poser…

En conclusion, notre souhait le plus cher serait, à terme, de pouvoir appuyer la sœur de Florence à Ouaga dans une activité similaire afin qu’au Burkina aussi, on puisse un jour trouver dans les restaurants et épicerie de quartier de la capitale, des jus « du pays » certifiés Bio comme alternative aux sodas « made in America ». Ainsi, nous pourrons illustrer, à notre façon, d’un acte concret la pensée visionnaire d’un certain Thom Sank…

*- Comité National pour l’Agriculture Biologique – structure créée par des organisations paysannes du Burkina Faso et qui a pour objet de promouvoir l’agriculture biologique.

*- en référence au Capitaine Thomas Sankara qui incarna et dirigea la révolution burkinabé du 4 août 1983 jusqu’à son assassinat lors d’un coup d’État qui amènera au pouvoir, le 15 octobre 1987, Blaise Compaoré, renversé par une insurrection populaire en octobre 2014.  « Thom Sank » conduira une politique d’affranchissement du peuple burkinabé en entreprenant des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes. Il fera de la lutte contre la désertification et de la transformation des productions locales, en substitution aux produits importés, le cadre de sa politique économique dans l’objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

7 commentaires

  • bravo et je vous souhaite de la réussite (vive le Burkina Faso)

  • Catherine Weber

    Géniales initiatives chère Florence et cher Philippe !
    Nous adorons vos jus goûtés aux Bouillons entre deux bières artisanales au P 1 .
    Leurs saveurs sont jusqu’ici inégalée . En particulier ceux de Bissap et de gingembre .
    …et d’excellentes sources de santé.
    Tous nos souhaits de réussite ,
    amicalement
    Catherine et Claire .

  • Valérie Lambert

    J’ai découvert votre jus de gingembre hier soir…Un pur délice , bravo !

  • Votre jus dz gingembre est une merveille !!!!

  • Bonjour. Sur le marche de trouville mercredi dernier, j ai vu ce stand pour la première fois. Par curiosité ( aimant bp de gingembre) j ai acheté votre boisson gingembre. C est top de top. J ai adoré. Je regrette de ne pas pouvoir en racheter tout de suite. Êtes vous distribué qqpart à Trouville Deauville ou pas loin? Attendre mercredi en 15 le marché n est pas super pratique. J ai du coup très envie de goûter aux autres jus. Bravos et à bientôt . Rebecca

  • Nous avons découvert vos jus de gingembre, un régal !!!
    Nous ne pou y plus en Passer.
    Merci

  • Natiori Justin

    Ensemble faisons de l’agroecologie, une ligne incontournable 🇧🇫

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.