Hommage à Rémi Fraisse, mort sur le site du projet de barrage à Sivens – Mardi 4 novembre, à l’Hotel de ville de Rouen – 18h

La Ferme des Bouillons s’associe à l’appel du Collectif pour la Défense des Libertés Fondamentales (CDLF) à manifester en hommage en Rémi Fraisse, pour l’abandon définitif du projet de barrage et contre les violences policières :

Rassemblement Place de l’Hôtel de Ville

MARDI 4 novembre à 18 H pour se rendre au Palais de Justice

Nous vous proposons de venir avec une bougie allumée.
Nous serons à  partir de 17h30  autour du triporteur à l’hôtel de ville pour distribuer à ceux qui le souhaitent une fleur de papier « la Renoncule à feuille d’ophioglosse« . Rémi participait au groupe de protection de cette plante.

Pour en savoir plus :
Grands projets inutiles : ils se bâtissent à la grenade. Voici la carte des résistances par Reporterre le 1er novembre
Conflit de pouvoirs : pour Rémi Fraisse par Médiapart le 2 novembre
Sivens, Voler avec les oies, festival de Ménigoute et de l’électricité au jus de choucroute !
par CO2 Mon Amour le 1er novembre

 

COMMUNIQUE

Mort pour avoir manifesté au Testet, Halte aux violences policières

Dans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens lors de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposants au barrage. Il a été tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie

Ce drame n’est pas un accident, il est le résultat de plusieurs mois de violences policières croissantes envers les opposantEs pour imposer un projet inutile dont la pertinence est aujourd’hui même remise en cause par un rapport d’experts : trop coûteux, pas adapté aux besoins réels, entraînant des dégradations et destructions environnementales sans réelle prise en compte des solutions alternatives possibles et existantes…

La répression à laquelle ont dû faire face les opposants au barrage n’est pas isolée. De peur de voir se multiplier les résistances et les alternatives comme à Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement crée un climat de violences et de criminalisation des mouvements sociaux et écologiques. Des dizaines de syndicalistes ont été poursuivis suite à des grèves, mardi dernier encore des militants ont été condamnés par la justice pour avoir contesté la ferme-usine des 1000 vaches.

Un jeune manifestant de 21 ans est mort. Cet acte ne peut rester sans réaction.

C’est pourquoi, Le Collectif pour la Défense des Libertés Fondamentales (CDLF) appelle tous ceux qui souhaitent exprimer leur indignation face à ce crime odieux, tous ceux et celles qui veulent défendre notre droit à manifester, à contester les politiques qui vont à l’encontre des intérêts de la majorité de la population à manifester à Rouen.

Rassemblement Place de l’Hôtel de Ville

MARDI 4 novembre à 18 H pour se rendre au Palais de Justice

Nous demandons :

. L’arrêt immédiat des travaux et l’abandon définitif du projet de barrage.

. Que la vérité soit faite sur la mort de Rémi. Il faut établir les responsabilités à tous les niveaux, pas seulement celles de celui qui a lancé la grenade mais celles aussi des donneurs d’ordre.

. Nous voulons faire cesser les violences policières. Aujourd’hui c’est un manifestant qui a été tué mais nous rappelons que les violences policières font fréquemment des victimes notamment dans les quartiers populaires. L’utilisation d’armes (soi-disant non létales) grenades offensives, flash-balls, Tasers, par les forces de l’ordre doit être prohibée.

Premiers Signataires: CDLF (Alternative Libertaire, ATTAC, DAL, Europe Ecologie/Les Verts, Ensemble, Emancipation, LDH, NPA, Parti de Gauche, UL-CGT, Union Syndicale Solidaires ……) ainsi que : Stop EPR à Penly comme ailleurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.