« Les Bouillons en campagne » (Paris Normandie, 31 janvier 2014)

L’association tenait une conférence de presse à la ferme, mercredi 29 janvier, afin de communiquer sur la situation de la ferme suite au vote par le conseil municipal de Mont-Saint-Aignan de la modification du Plan Local d’Urbanisme classant la zone de la ferme des Bouillons en zone naturelle protégée.

De nombreux militants, adhérents et sympathisants, étaient présents, ainsi que plusieurs médias : le journal Paris-Normandie, Radio RC 2 et La Chaîne normande (LCN).

 

Ci-dessous, l’article paru dans le journal Paris-Normandie le 31 janvier 2014 suite à la conférence de presse. L’article était annoncé sur la première page du jour et dans tous les points de vente de Mont-Saint-Aignan par des affichettes.

Les Bouillons en campagne

MONT-SAINT-AIGNAN. L’association de protection de la ferme mobilise les élus pour une acquisition foncière du site.

L’urgence est toujours de mise aux Bouillons. Même si les terres sont maintenant reclassées en zone naturelle protégée, grâce à une modification du PLU adoptée au dernier conseil municipal (lire notre édition du 25 janvier), il faudra patienter pour la renaissance d’une vraie ferme.
« C’est déjà un changement de cap important, car on ne peut plus construire sur ces 4 hectares, apprécient Philippe Vue et Philippe Airaud, porte-parole de l’association de protection de la ferme. « Mais le permis de démolir déposé par le propriétaire Immochan court jusqu’à fin juillet. Et l’expulsion reste une épée de Damoclès. Le temps est venu pour l’ouverture de négociations sur la cession du site. »
C’est la nouvelle (et pas la moindre) bataille qui mobilise l’association forte de 700 adhérents. Le maire, Patrice Colasse, vient d’adresser un courrier à Immochan pour tenter de débloquer la situation, face à cette nouvelle donne, en réaffirmant sa volonté de « sortir par le haut. »
Qui rachètera ?
Car, outre la décision des élus de Mont-Saint-Aignan qui ont modifié le PLU, ce changement s’inscrit dans un nouveau Scot (schéma de cohérence territorial) qui veut promouvoir la sauvegarde des terres agricoles et la protection des ressources en eau.
« Fin décembre nous avons eu un rendez-vous avec le président de l’agglomération qui nous a confirmé que ce Scot pourra être validé dès 2014 », détaille Philippe Vue. « Plus largement encore, nous espérons que la prochaine révision du PLU permettra de remettre les 25 hectares du Bel-Event en zone naturelle. »
Mais en cas d’accord sur la vente, qui rachètera les Bouillons ? L’opération pourrait s’effectuer au cours d’une valse à deux temps, selon l’association. En attendant une estimation du service des Domaines que la Ville devrait solliciter, un organisme de portage pourrait mettre en réserve foncière la ferme. Cet intermédiaire pourrait être l’EPFN ou la SAFER* agissant pour le compte d’une collectivité, comme la Ville ou la Crea, qui serait l’acheteur. La municipalité de Mont-Saint-Aignan a déjà effectué une provision de 15 000 € pour un tel portage foncier, montrant sa volonté de faire avancer le dossier.
L’association, qui souhaite rester associée à l’avenir du site, a même pensé à constituer un GFA (groupement agricole foncier) proposant aux adhérents d’acquérir des parts de cette ferme.
« Il n’y a pas de temps à perdre », insistent les porte-parole, conscients de l’échéance des municipales. Seule la liste de l’UMP Catherine Flavigny est en désaccord avec le projet.
Une fois la négociation foncière achevée, il restera à définir les contours de cette nouvelle ferme des Bouillons. « Les demandes de maraîchage sont là. Nous pourrions aussi y développer une ferme pédagogique, sans oublier l’aspect d’ouverture à toutes les cultures. »

* L’EPFN, établissement public foncier de Normandie, est un opérateur public de l’Etat au service des collectivités qui a entre autres pour vocation de réaliser des opérations immobilières et foncières visant notamment à protéger des espaces agricoles.
La SAFER, société d’aménagement foncier et établissement rural, est une société anonyme sans but lucratif avec pour missions de dynamiser l’agriculture, protéger l’environnement et accompagner le développement de l’économie locale.

Article_Paris-Normandie31.01.2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.