On est tous occupants !

A la date du 22 avril, 139 personnes déclarent être occupantes de la ferme des Bouillons : elles affirment ainsi que cette occupation est une résistance citoyenne qui les concerne et qu’elles soutiennent ; ce n’est pas un acte irréfléchi, isolé et sauvage !

  Ci-dessous, vous pouvez lire le texte « Tous occupants ».

Vous pouvez également le télécharger ici.

ON EST TOUS OCCUPANTS !!!
 La ferme des Bouillons, dernière ferme du plateau, a été rachetée en janvier 2012 par la société Immochan, filiale du groupe Auchan. Cette enseigne appartient, comme plus de 90 autres bien connues (Decathlon, Leroy Merlin, Flunch, Kiabi, Boulanger, Alinéa…), à l’empire de la riche famille Mulliez.

 

Immochan a obtenu en juillet 2012 un permis de démolition pour la maison d’habitation et les bâtiments agricoles en bon état.

 

Nous, membres de l’association de la ferme des Bouillons, occupons depuis décembre 2012la ferme pour sauver de la démolition programmée ces bâtiments et empêcher la disparition des 4 hectares de terres agricoles.
Le 17 avril 2013, deux huissiers ont signifié aux occupants la décision de justice d’une ordonnance sur requête, sans débat contradictoire lors du jugement, avec uncommandement de quitter les lieux dans un délai de 24h. Les membres de l’association ont décidé de poursuivre l’occupation considérée comme légitime afin de dénoncer le projet de destruction du site par son propriétaire actuel Auchan, et de poursuivre l’entretien de la ferme et le développement du maraîchage. Il est nécessaire desauvegarder les dernières terres agricoles en zone périurbaine et les emplois qui en résultent.
Auchan a eu recours à une procédure juridique qui excluait notre présence, considérant que l’identification des occupants de la ferme était difficile ! Pourtant, l’association de protection de la ferme des Bouillons a écrit à Immochan en décembre 2012 pour l’informer de ses activités et de son opposition à un futur projet immobilier.
Nous, occupants de la ferme des Bouillons, contestons la décision d’expulsion, etdemandons aux pouvoirs publics d’œuvrer afin d’empêcher toute destruction et de requalifier les terres en zone naturelle et agricole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.