Pensées bouillonnantes

Les baillons des bouillons?
           Hier j’ai voulu écrire quelques lignes sur la ferme des Bouillons. J’ai pris le bout rond de mon bic long pour écrire un brouillon. J’ai écrit un bout court, un bout long, j’ai pété un boulon. Alors ceux qui ont le bras long sont, avouons, moins couillons. Mais ne nous mouillons pas trop. Fouillons plutôt ai-je pensé, ne baillons mais touillons nos idées, creusons sillons et billons. Grouillons nous, ne rouillons pas en chemin. Ne soyons pas pions, maillons de leur monde, occupons nous de leurs- oignons sans gnons ni grognons ! Ne fuyons plus !
Ils ont voulu m’enfiler un bâillon, stopper ma rébellion.
Puisqu’ils n’ont pas voulu de mes pensées en « ion », la prochaine fois je leur servirai des mots en « tion ». Et je commencerai par Révolution…
Sascha, occupant de la ferme des Bouillons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.