Retour sur l’action non violente du 15 mars, en centre ville de Rouen

Exif_JPEG_PICTURESamedi 15 mars, 24 adhérents et sympathisants de l’Association pour la protection de la ferme des Bouillons ont participé à l’action non violente dite Mur de silence qui s’est déroulée dans le centre-ville de Rouen, à proximité du lycée Saint Saëns, rue Socrate (voir article du 2 mars sur le site internet). 

Cette action avait pour but de faire connaître l’actualité de la ferme : la modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui a classé en janvier dernier la ferme en « zone naturelle protégée » ; les dangers de l’expulsion des occupants de la ferme et de la démolition des bâtiments ; les activités de maraîchage et culturelles qui se poursuivent tambour battant ; le lancement futur d’une collecte d’épargne citoyenne pour un rachat de la ferme…

Table-de-presse1 500 tracts présentant le combat de l’Association pour la protection de la ferme des Bouillons et 400 Gazette n°8 ont été demandés par les passants durant l’action qui a duré de 15h à 16h30. La table de presse a sans cesse accueilli des passants : échanges, recueil de signatures de la pétition, adhésions à l’association… 

Une journaliste de Paris Normandie est passée avec l’intention de publier un article, chose faite le lundi suivant (17 mars). Cliquez ici pour retrouver le début de l’article en ligne. 

 

Retrouvez ici la vidéo de l’action :


Propos entendus de passants :

«  Ah, l’occupation continue, c’est bien, je me demandais souvent où ça en était. »

« J’ai connu cette ferme dans ma jeunesse, c’est bien ce que vous faites. »

« Je suis allé là-bas pour un festival, c’était drôlement chouette. » (un jeune de 17 ans)

« Je vous ai aperçus du bout de la rue, pas mal votre truc. »

«  Pouvez-vous me donner dix tracts ? C’est pour les offrir à mes voisins »

« Il y en a marre des supermarchés qui nous vendent n’importe quoi. Puis-je passer à votre ferme pour y acheter des légumes bio ? »

On peut estimer que plus de 5 000 personnes ont vu cette action très visuelle.

 

Propos entendus lors du bilan de l’action :

« Je ne pensais pas que ça serait aussi bien. Les gens ne recevaient pas notre tract, ils venaient le chercher, la démarche n’est pas la même. C’est dingue de voir combien le silence parle ! »

« J’ai apprécié cette forme d’action, elle est fine, bien montée, elle capte l’attention des passants, à retenir. »

« J’aime bien m’approprier ainsi l’espace public, on ne gêne pas la circulation, ça porte des fruits dans l’esprit des gens. »

« Le silence ne m’a pas gêné, alors que je suis bavarde de tempérament. »

« Je suis vraiment heureux d’avoir fait ma première action non-violente. La ferme m’apprend beaucoup de choses depuis que je la connais, le groupe Auchan n’a pas intérêt à la détruire ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.