« Sur les toits » (Nicolas Drolc) – Projection aux Bouillons, mercredi 21 janvier

La semaine dernière, nous étions une vingtaine à rire et réfléchir devant Volem Rien foutre al Païs. Une projection qui a été suivie de vifs échanges autour de la question du travail. On ne peut que trop vous recommander de le visionner, et même de le revisionner. Entre sa première diffusion et aujourd’hui, il y a eu la crise économique, le mouvement des indignés, des politiques d’austérité brutales, les ZAD (zones à défendre)… Des événements qui ont cristallisé les éléments épars recensés par Pierre Carles et consort dans ce film pas si ancien.

Cette semaine, changement d’optique. Mercredi 21 janvier, à 19h30, on part résister en prison, avec le film « Sur les toits« , de Nicolas Drolc. Présentation.

« Un film qui donne la pêche ! » (Siné)
« C’est de la dynamite ! » (Noël Godin)

Début des années 70 : une série d’évènements fait monter la tension dans les prisons françaises. En réponse au traitement inhumain que leur fait subir l’administration pénitentiaire, les prisonniers de la centrale de Ney à Toul (Lorraine) ouvrent le bal et se mutinent au début du mois de décembre 1971. Les détenus de la maison d’arrêt Charles III à Nancy leur emboitent le pas le 15 janvier 1972 : « Au café », les mutins prennent le contrôle de la prison, située en plein centre-ville, montent sur les toits, depuis lesquels ils interpellent les badauds, communiquent leurs revendications, et résistent à l’assaut des CRS.

Dans les mois qui suivent les révoltes de Toul et de Nancy, plus d’une trentaine de mutineries vont embraser les prisons françaises, qui n’avaient jamais connu une telle vague de révoltes. Malgré la répression musclée orchestrée par le gouvernement et le discours de la grande presse qui décrédibilise systématiquement les révoltes, le tour de force des prisonniers n’est pas vain. Relayées et défendues par une élite intellectuelle engagée, dans un contexte idéologiquement tendu, les mutineries des années 71/72 vont poser pour la première fois les problème des conditions de détention, de la fonction de la prison et du système pénitentiaire français.

Au cœur d’une actualité toujours brûlante autour de l’univers carcéral, d’où ressurgit l’inévitable constat d’échec de la fonction de la prison, le film dépoussière cette première grande période de lutte.

Liens :
Revue de presse à consulter sur le site du film
– « La prison en procès. Les mutins de Nancy (1972)« , par Philippe Artières, directeur de recherches au CNRS, publié dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, à consulter sur Persée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.