Tous à Amiens pour dire non à l’industrialisation de l’agriculture et à la répression syndicale – 17 juin 2015

Affiche procès Amiens 1706En octobre dernier, la justice condamnait 9 militants de la Confédération Paysanne, dont le porte-parole national, à des peines de prison avec sursis pour l’action symbolique de démontage de la salle de traite de la ferme-usine des 1 000 vaches. Les militants ont fait appel de leur jugement, considérant qu’il est inacceptable que des syndicalistes, dans le cadre d’actions non-violentes, en simples lanceurs d’alerte, soient traités comme ils l’ont été et sanctionnés pénalement. Leur procès en appel aura lieu le mercredi 17 juin à Amiens.
Depuis le départ, le collectif des Bouillons s’est associé à la lutte contre la ferme-usine des 1 000 vaches, en participant à des actions, et en organisant des temps d’information sur place. Le collectif sera encore une fois mobilisé pour le procès d’Amiens.

Ces paysans ont agi pour notre avenir à tous. Nous invitons tous nos soutiens à se rendre sur place témoigner de leur double refus de la criminalisation des mouvements sociaux et de l’industrialisation de l’agriculture. Des trajets en bus sont organisés par la Confédération Paysanne, contactez le syndicat de votre département pour réserver !
(Contact Seine-Maritime : 02 35 95 66 66)

Plus d’informations en cliquant ici.

11227405_814454978604476_1575392301807387385_n

L’Association pour la protection de la ferme des Bouillons (APFB) a signé l’appel pour la relaxe des 9 militants de la Confédération paysanne (dont un agriculteur membre actif depuis 2013 de l’association). Nous soutenons ces agriculteurs qui ont agi pour notre avenir à tous. Ce combat contre une exploitation productiviste au détriment de la santé humaine et animale, de l’environnement… rejoint celui des Bouillons. Nous luttons pour le maintien d’une agriculture de qualité, de proximité, respectueuse des hommes, de la nature, de la loi !

Au lieu des 500 vaches autorisées sur le site, l’entreprise de M. Ramery aurait amené 700 voire 800 vaches, alors qu’il aurait dû y avoir une enquête publique et une autorisation de l’Etat !

Cliquez ici pour lire la lettre ouverte au ministre de l’agriculture envoyée par la Confédération paysanne.

Nous vous invitons à signer l’appel pour la relaxe pour les 9 agriculteurs de la Confédération paysanne en cliquant ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.